Accueil > Qui sommes-nous ? >

Histoire

Une rencontre décisive entre un jeune patient et une infirmière

«Ma rencontre avec Pierre Clément a eu lieu en janvier 1984 dans le service de chirurgie thoracique où j’étais infirmière. Agé de 19 ans, amputé du bras gauche depuis 2 ans pour un cancer des os, il doit se faire opérer des 2 poumons pour des métastases.

J’ai été impressionnée par ce patient, sa personnalité et son courage. De même, son inébranlable foi en Dieu m’interpellait compte tenu de son jeune âge.

La richesse d’une telle rencontre est unique, aussi fut-il décidé que Pierre Clément habiterait à la maison, chez moi, pendant le temps qu’il lui resterait à vivre. La raison de cette décision était motivée par un contexte familial particulier. Cela étant, Pierre s’est éteint le 3 mai 1985 dans un petit village de Lorraine auprès de ses grands-parents qui l’ont élevé.

Durant 8 mois pendant lesquels il était à Strasbourg, il a pu profiter de sorties, de bons repas tout en bénéficiant de soins médicaux (grâce au soutien permanent des médecins de mon service).

La présence de Pierre a été une source d’enseignement sur l’essentiel et l’accessoire, l’indispensable et le superflu, sa mort a été une déchirure et une renaissance.

En 1986, à la suite d’une intervention chirurgicale m’immobilisant 2 mois, j’expérimentais la solitude, la souffrance physique non soulagée, la peur et l’incertitude. J’ai compris ce que pouvaient vivre les malades gravement atteints et du peu de cas que l’on réserve à la famille.

Passé cette expérience, il me fallait agir absolument pour rendre notre médecine plus humaine à ceux qui ne pouvaient plus guérir. J’entamais les démarches pour créer une structure adaptée aux personnes en fin de vie et me rendit compte que le système a des difficultés pour se remettre en cause et évoluer. En 1986, mon idée était trop novatrice.

Forte de mes convictions l’idée a fait son chemin dans l’esprit des décideurs (Ministère de la santé et responsables régionaux, dont le Préfet). L’unité Pierre Clément a été inaugurée le 15 septembre 1991 à l’hôpital de Haguenau avec lequel l’association a signé un partenariat. Cette Unité de soins palliatifs a été la 1ère dans l’Est et la 5ème en France.

Depuis 1987, nous formons des bénévoles d’accompagnement afin qu’ils apportent aux malades et à leurs familles la solidarité de la société toute entière.

En 1989 naissait la Société française de soins palliatifs et d’accompagnement (S.F.A.P.), fruit du travail des pionniers que nous étions et qui s’est considérablement développé depuis. J’ai eu l’honneur d’être membre fondateur de cette société.

Témoignage de l'infirmière, fondatrice de l’association.

Voir les histoires d’accompagnements
Retour en haut de page